Conférence sur l’internet mobile : des freins persistent

Lors de la journée de conférences Net Lille 2008 consacrée à l’internet mobile, plusieurs points très pratiques ont été soulevés qui montrent quand même de nombreux freins persistent. Entre d’un côté les fabricants, les opérateurs et ensuite nos propres habitudes, on se rend bien compte que la démocratisation de l’internet mobile risque de prendre un peu plus de temps que prévu.

Premier point, le matériel n’est pas encore au point. Si certes, l’Iphone marque un tournant dans l’usage du mobile et notamment dans le rapport web et mobile, il n’est pas encore le modèle standard le plus vendu. Moi-même, avec mon téléphone portable classique, il me faut tellement de temps pour écrire l’adresse du site avec mon clavier que j’abandonne très rapidement. Les équipements de base ne sont pas aujourd’hui assez ergonomiques et pratiques pour surfer. Ils ont certes la fonction, mais leur rôle premier reste le téléphone et non la navigation.

Second point, les prix des forfaits sont exorbitants pour ceux qui veulent vraiment jouer le jeu de l’internet sur leur téléphone mobile. J’entends encore un directeur informatique me dire : « j’espère que les commerciaux ne vont pas trop utiliser le service mobile, sinon ma note de téléphone va exploser à cause du forfait datas (fichiers téléchargés) ». La cerise sur le gâteau est quand même la facturation des emails envoyés depuis son mobile. Une source financière gigantesque pour les opérateurs, mais également un frein financier pour les mobinautes.

Troisième point, les appareils nous permettent aujourd’hui d’être mobiles, mais ils ont tous besoin d’être rechargés, ce qui dans certains cas vous rend immobile. Prenez le cas de l’iphone qui doit être rechargé au moins toutes les 48 heures. Vous êtes donc forcés de vous immobiliser pour pouvoir regonfler les batteries. Il y a comme une sorte de paradoxe.

Quatrième point, le discours des opérateurs est plus responsable concernant les éventuels risques de cette mobilité sur la santé. Le directeur marketing de Bouygues Telecom a clairement dit que l’on ne connaissait pas les réels impacts sanitaires et qu’il fallait suivre des principes de précaution. Mais derrière cette mobilité se cache peut-être une réalité qui risque de bloquer le développement de cette technologie.

Enfin, cinquième point, lors de cette conférence consacrée à l’internet mobile, il n’y avait que des gens convaincus ou intéressés par ces nouvelles technologies. Et bien quand vous regardiez de près, à l’exception de quelques ordinateurs branchés pour taper quelques notes, la grande majorité de l’audience prenait ses notes sur du bon vieux papier. Comme quoi, on ne change pas tant que çà nos habitudes.

Vos réactions

  1. ---

    Le soucis fondamental est peut-être de redéfinir en préambule la mobilité… qu’est ce que la mobilité, pourquoi faire et avec quoi ?

Laissez un commentaire